L’enseignante

Anne Laure

photo, Anne Laure 2011 (préparation de l’expo pour l’UNIL)

J’aime créer dans tous les sens… découvrir… et sortir de ma zone de confort.

Installations : pour en découvrir plus…

Performances : pour en découvrir plus…

Films : pour en découvrir plus…

Peintures : pour en découvrir plus…

Dessins et illustrations : pour en découvrir plus…

Préparer un cours pour mes élèves… c’est aussi une création

Préparer des stages… organiser des événements… et partir dans de nouvelles aventures

Présentation de l’enseignante responsable du Magnolia

PRESENTATION D’UN ITINERAIRE…

Petite, je suis rêveuse, je m’évade par la fenêtre depuis mon pupitre où mes pensées refont le monde. En vacances, je regarde avec émerveillement ma tante artiste peintre s’installer dans le jardin avec ses tubes d’huiles, ses toiles et ses pinceaux. Elle peint la mer, les enfants et les fleurs. C’est pour moi, « la vision du bonheur ».
A quinze ans, j’entre aux Arts-décoratifs, puis trois ans plus tard aux Beaux-Arts à Genève. Ce sont de merveilleuses années riches en rencontres et en découvertes. Même si parallèlement je dois travailler pour payer mes études.
Les huit années où je suis monitrice dans un centre de loisirs me permettent d’avoir un pied dans la réalité et d’être totalement indépendante.
Je ne sais pas encore que ces deux chemins vont se rejoindre, à mon arrivée sur Lausanne. A vingt six ans, je suis engagée dans une école de mode et de stylisme comme professeur de dessin et de peinture. J’apprends par moi-même les bases de ce métier et très vite mon besoin de suivre ma propre route s’impose comme une évidence.
L’envie de transmettre ma passion et de la vivre me pousse à ouvrir mon propre espace d’enseignement et à avoir des plages de temps pour créer et réaliser mes projets artistiques.

CREATION DU MAGNOLIA

En 1994, j’ouvre un premier atelier, « La Fauvette », avec seulement deux élèves. Pendant plus d’une année, ce que je gagne me permet juste d’investir pour acheter du matériel de peinture, payer le loyer de ce petit atelier et les diverses obligations administratives.
Un premier groupe d’enfants arrive, celui des adultes s’agrandit. Après deux ans dans ce tout petit espace, je déménage l’atelier au chemin du Village. La lumière est belle, la porte est ouverte sur la vie du dehors. D’autres groupes se forment.
Après huit ans d’enseignement, une centaine d’élèves par semaine fréquentent l’atelier. J’y mets toute mon énergie, propose également, à ce moment-là, des cours d’histoire de l’art et organise régulièrement des expositions avec les travaux d’élèves ou d’artistes.
En 2002, malgré toute ma joie de faire vivre ce magnifique espace du Magnolia, je décide de prendre une année de pause avec l’enseignement car il faut absolument que je retrouve ma propre créativité. Me remplir à nouveau pour pouvoir donner encore de ma passion autour de moi.
Mes couleurs intérieures renouvelées et équilibrées me permettent d’accueillir dans cet atelier du Magnolia ceux qui ont envie d’apprendre à créer.

PARCOURS…

ETUDES

1982-1985 Ecole des Arts Décoratifs à Genève, dans l’Atelier de Dominique Fontanaz
1985–1991 Ecole Supérieure d’Art Visuel à Genève, dans l’Atelier de Carmen Perrin

TRAVAIL

1985-1993
Monitrice avec les enfants puis animatrice avec les adolescents, au Centre de loisirs « Maison Vaudagne » à Meyrin GE.

ACTIVITES PROFESSIONNELLES EN TANT QU’ENSEIGNANTE EN EXPRESSION ARTISTIQUE

Depuis 1994 cours de dessin et de peinture
1994-2004 cours d’histoire de l’art
1994-1996 enseignante formatrice, à l’école Canvas, institut européen supérieur des arts et techniques de la mode, Lausanne
1994 création de «l’Atelier de la Fauvette»
1996 création de «l’Atelier du Magnolia»

ACTIVITES ET FORMATIONS CONTINUES EN TANT QU’ARTISTE EN ARTS VISUELS

Entre 1991 et 2015

  • Saxophone et chant
  • Danse libre – contact improvisation – tango Argentin
  • Création d’un festival Multimédi’Arts
  • Création d’un collectif d’artistes «Art en Liberté»
  • Expositions de peinture – installation – performance – vidéo
  • Création d’une comédie et d’un film de danse dans la nature

Pour en découvrir davantage : parcours Anne Laure